référendum d’initiative populaire : nous n’avons plus d’excuses

Posté par calebirri le 24 décembre 2010

Lorsqu’on réfléchit à la situation de notre monde, il n’est pas rare de sombrer dans le désespoir le plus profond tant le réel nous semble impossible à transformer. Pourtant les initiatives sont nombreuses, les propositions foisonnent, et les êtres regorgent de ressources qui devraient nous forcer à l’espérance : il existe des solutions, et il ne tient qu’à nous de les mettre en pratique.

 

Bien sûr le travail à accomplir est incommensurable, et les résistances sont immenses. Mais la solution est simple : il s’agit de faire un référendum d’initiative populaire, afin que les peuples puissent prendre part à la conduite de leur destinée, et décident de la voie qu’ils désirent emprunter.

 

J’ai déjà écris il y a peu sur le sujet, en regrettant vivement l’absence de loi organique précisant les modalités de tenue de ce référendum d’initiative populaire. Une fois de plus j’ai pu me rendre compte du pessimisme ambiant, et surtout du manque flagrant de confiance accordée par le peuple à la classe politique dans son ensemble : pour la plupart c’est perdu d’avance. C’est vrai que tout semble fait pour nous conduire sinon à la lassitude, du moins à l’inaction : la vie quotidienne et son incroyable fugacité, les problèmes nationaux et internationaux, les enjeux économiques et sociaux, les incohérences juridiques, l’infinie complexité législative… tout est si difficile à appréhender, à comprendre, qu’il est certainement plus simple d’abandonner notre pouvoir à nos élus que de l’assumer nous-mêmes.

Mais aujourd’hui plus qu’hier, après l’adoption du projet de loi sur ce fameux référendum d’initiative populaire, nous n’avons plus le droit de nous laisser aller. Bien sûr cette adoption ne règlera pas tout, et ce référendum n’en demeure pas moins en réalité un référendum d’initiative « parlementaire », qui peut se retrouver rapidement annihilé par le jeu parlementaire habituel. Mais qu’à cela ne tienne, le peuple est souverain ! en contraignant nos parlementaires à lancer cette initiative, nous avons le pouvoir d’exiger un référendum sur la volonté de la part du peuple d’obtenir une Assemblée Constituante, et même de faire jouer en notre faveur les failles constitutionnelles qui nous ont nui jusqu’à maintenant : au-delà d’un certain délai pour l’examen de la proposition de loi, un référendum est exigé. Qu’il en soit donc ainsi.

 

Je propose donc à tous de venir se rassembler autour de cette volonté commune, loin des clivages politiques, et exiger la tenue d’un référendum d’initiative vraiment populaire, concernant la mise en place d’une Assemblée Constituante destinée à établir les bases d’une nouvelle Constitution.

 

C’est par le biais d’un sondage que seront comptabilisées les voix citoyennes, et je ne vous cache pas que la tâche est ardue, car c’est plus de 4, 5 millions de votes qu’il faut atteindre pour justifier de notre légitimité. N’hésitez donc pas à répercuter ce message, et surtout à faire vivre l’espoir de véritables changements dans notre pays, et peut-être ailleurs aussi.

 

Ensuite, et pour coller à la législation en vigueur, je propose également un texte, une « lettre ouverte aux parlementaires« , afin que tous  les citoyens engagés puissent la soumettre à signature de leurs élus, et jugent ainsi de leur engagement démocratique : la liste des signataires, ainsi que des non-signataires, sera affichée publiquement.

 

Je vous invite donc tous à cesser le fatalisme pessimiste qui nous paralyse, et à faire entendre dès à présent votre voix par cet intermédiaire, à l’adresse « http://lavoiedespeuples.unblog.fr« 

 

Nous n’avons plus d’excuses, il faut reprendre la route : cela ne dépend plus que de nous.

 

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr

Une Réponse à “référendum d’initiative populaire : nous n’avons plus d’excuses”

  1. bernard29 dit :

    Je vous souhaite bon courage pour réunir les 4,5 millions de signatures et aussi ^popiur passer le filtre du parlement.

    Depuis 2006, je me bats pour un pacte démocratique et voici ce que je propose dans le cadre des présidentizelles de 2012.

    Pour un nouvel âge démocratique

    Les seules prétentions de ce pacte démocratique 2012, pour les présidentielles, sont ;

    - de favoriser la participation électorale et le développement de l’esprit civique
    - d’assurer un renouvellement constant du personnel politique
    - de clarifier les fonctions des élections nationales (présidentielle et législatives)
    - d’instiller des éléments de démocratie directe et d’instaurer un contre pouvoir citoyen.

    Il s’agit d’un pacte proposé aux candidats à la présidentielle qui s’engageront à faire un référendum constitutionnel par l’article 11, après l’ élection. Car même si le parlement est en capacité de rénover la démocratie, il ne le fera pas. C’est entendu.

    12 propositions pour 2012

    1) Non cumul des mandats
    Art 1) – « Les mandats nationaux, régionaux et départementaux, ne peuvent se cumuler qu’avec le simple mandat de conseiller municipal».
    Art 2) – « Nul ne peut être éligible à plus de deux mandats successifs pour la même fonction hormis celle de conseiller municipal ».

    2) Calendrier électoral
    les législatives se dérouleront au mi-terme de la mandature présidentielle.

    3) Dose de proportionnelle à l’Assemblée Nationale
    (permettre l’expression des minorités au parlement)

    4) Statut de l’élu ;
    (éligibilité, indemnités, conflits d’intérêt et modalités..)

    5) Un Sénat citoyen
    en remplacement du Sénat actuel et du CES national (supprimés)
    (rôles de contrôle, d’information, d’études et d’enquêtes, avis)
    (sénateurs tirés au sort entre les parmi les conseillers municipaux de base)

    6) Renforcement des pouvoirs des Cours des Comptes
    (contrôle et suivi – travail en liaison avec les Chambres des citoyens)

    7) Référendum d’initiative citoyenne
    (organisé pendant l’élection présidentielle sur les sujets des pétitions ayant obtenues au moins 1 à 1,5 millions de signatures)

    8) Reconnaissance du vote blanc
    si à un scrutin, on obtient 50 % de votes blancs, le scrutin sera à refaire

    9) Réforme des institutions décentralisées
    Création d’une Chambre des citoyens à chaque niveau (région, département, ville). Fonctions de contrôle et d’information. A la Région en remplacement du CESR, membres tirés au sort parmi les conseillers municipaux de base. Ville et Département, parmi les électeurs volontaires du corps électoral correspondant.

    10) Référendum locaux
    à l’occasion des élections, référendums sur les questions d’intérêt local ayant fait l’objet de pétitions recueillant des signatures d’au moins 5 % du corps électoral correspondant.

    11) Maisons de citoyens et de la participation civique.
    (dans chaque ville, avec une politique de sensibilisation et de formation aux droits et devoirs du citoyen, aux libertés publiques, aux contrôles démocratiques.

    12) Droit de vote aux étrangers aux élections locales
    (étrangers en situation régulière en France depuis plus d’un an)

    mon blog ; http://changerlarepublique.over-blog.com/

Laisser un commentaire

 

Cap21-Trièves |
Des idées et des rêves 06 |
Actualité politique et spor... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | nouveaucentreindre
| Afrika Mission Indigo
| VILISTIA RUSSIE GEOPOLITIQU...